FANDOM



Naufrage du Titanic.png
Naufrage du Titanic
Informations
Description

Catastrophe maritime après la collision avec un iceberg.

Date

Nuit du 14 au 15 avril 1912

Lieu

Océan Atlantique Nord

Victimes
Victimes notables

Le naufrage du RMS Titanic est une catastrophe maritime qui a lieu dans l’Atlantique Nord dans la nuit du 14 au 15 avril 1912, suite à une collision avec un iceberg. Ce naufrage, d’une durée de trois heures, voit la mort de centaines de personnes, dont certaines très connues.

ContexteModifier

La traverséeModifier

La traversée inaugurale du RMS Titanic lui fait traverser l’océan Atlantique de Southampton jusqu’à New York. Le commandant Smith connait une certaine pression de la part du président de la White Star Line Joseph Bruce Ismay, qui le convainc d’accélérer la vitesse pour arriver à destination le mardi plutôt que le mercredi. Plus leur voyage se poursuit, plus le Titanic reçoit des messages radio d’autres navires qui l’avertissent de la présence d’icebergs dans les parages. Mais Smith n’en tient pas compte, et explique qu’il s’agit d’un phénomène normal en avril.

La collisionModifier

Titanic soir collision.png

La nuit du 14 au 15, le Titanic poursuit sa route dans l’Atlantique à une vitesse de 22,5 nœuds. A la passerelle, le commandant Smith se retire pour se reposer et laisse la navigation au deuxième officier Charles Lightoller. Quand celui-ci va faire sa ronde, c’est le premier officier William Murdoch qui dirige les opérations.

Mais à 23h40, les veilleurs Frederick Fleet et Reginald Lee aperçoivent un iceberg droit devant. Fleet, qui l’a vu en premier, sonne trois coups de cloches et téléphone aussitôt à la passerelle. C’est James Moody qui répond et qui tente d'avertir Murdoch sur l’aileron, mais l’officier à lui aussi repéré le bloque de glace géant et ordonne aussitôt de mettre la barre à tribord. Le quartier-maître Robert Hichens s’exécute, tandis que Murdoch se hâte de transmettre les ordres à la salle des machines. Joseph Bell fait mettre les machines en arrière toute, mais l’opération est longue, et les hélices réagissent lentement.
Collision.png
Sur la passerelle, Murdoch est gagné par la nervosité en voyant que le paquebot ne vire pas. Mais le géant des mers vire trop lentement et il heurte l’iceberg sous l’eau. La glace abîme la coque tandis que d’importances brèches se créent, laissant l’eau s’engouffrer rapidement dans les cales, noyant deux stewards, les premières victimes du naufrage. La chaufferie n°6 se retrouve elle-aussi rapidement gagnée par les eaux, et les hommes doivent s’enfuir par les portes étanches que Murdoch fait fermer pour éviter une étendue catastrophique. Smith arrive vite sur la passerelle et écoute le rapport du premier officier, avant de reprendre en main le commandement.

Déroulement du naufrage Modifier

Préparations à l’évacuationModifier

Les réactions sont très diverses. En troisième classe, les secousses se sont faites sentir et en ont réveillées certains, comme Fabrizio De Rossi, et d’autres sortent dans les couloirs, ou bien prennent leurs affaires pour quitter les lieux, l’Atlantique ayant légèrement inondé. En première classe, rares sont ceux qui ont ressentis les secousses, et même ceux qui se sont rendues compte de quelque chose, comme la comtesse de Rothes, sont rassurés par le personnel hôtelier.

Mais chez les officiers, la situation est bien différente : Smith et le commandant en second Henry Wilde descendent dans les entrailles du navire
Andrews Smith Hutchinston récapitulatif dégâts.png
avec l’architecte Thomas Andrews et le charpentier John Hall Hutchinson, où ils découvrent l’étendue des dégâts. A leur retour sur la passerelle de navigation, Andrews récapitule la situation en présence des officiers et de Bruce Ismay, qui pense qu’ils sont à l’arrêt. Avec cinq compartiments inondés, le Titanic ne peut rester à flot, et il leur apprend qu’il va couler, lui donnant deux heures au maximum. Smith se rend à la station radio et demande aux opérateurs d’envoyer des messages aux navires proches pour les informer et leur demander du secours. Tandis que les officiers et les marins préparent les canots sur
Préparation des canots.png
le pont des embarcations, les stewards passent dans les couloirs et demandent aux passagers d’enfiler leurs gilets de sauvetage puis de monter sur le pont. Mais les passagers de premières classes ne sont nullement inquiets, et préfèrent rester à l’intérieur pour être à l’abri du froid et du bruit assourdissant de la vapeur émise des cheminées.


De son côté, pour parvenir à ses fins, Caledon Hockley a échafaudé un plan pour se débarrasser de Jack Dawson. Ce dernier et Rose DeWitt Bukater étaient sur le pont et ont vu la collision, ainsi que les concertations des hommes d’équipage, ils décident de retourner à sa suite, mais lorsqu’ils arrivent, Spicer Lovejoy les attend et les accompagne, en mettant discrètement Le Cœur de l’Océan dans la poche de Jack. Arrivés dans la suite, Cal fait fouiller Jack par le capitaine d'armes, et la supercherie fonctionne, Jack étant rendu coupable du vol du diamant, et même du manteau qu’il porte, reconnaissant même maladroitement ce qu’il a fait. Il est emmené par le capitaine, sous les yeux ahuris
Arrestation Jack.png
de Rose qui reste dans la plus parfaite confusion, puis menotté à un tuyau de son bureau. Dans leur suite, Cal, Rose et Ruth sont invités à enfiler leurs gilets, puis ils se rendent dans le Grand Escalier où les premières classes attendent pour aller sur le pont des embarcations. Ils y croisent Thomas Andrews, qui arpente le navire comme un noctambule, et qui révèle à Rose l’état de la situation.


Smith apprend par Harold Bride que seul le Carpathia va leur porter secours, et qu’il ne pourra venir que dans quatre heures. Sur le pont, l’orchestre s’installe et commence à jouer pour détendre l’atmosphère et éviter la panique.
Début embarquement.png
L’évacuation des premières classes commence, tandis que les troisièmes classes sont retenus derrières les grilles fermées dans les couloirs, face aux stewards qui restent sourd à leurs protestations. Sur tribord, Murdoch largue le premier canot, faiblement remplit, tandis que Lightoller rempli le canot n°6 à bâbord, dans lequel montent Molly Brown et Ruth DeWitt Bukater, cette dernière abandonnée par sa fille qui part à la recherche de Jack.

L’évacuation et la paniqueModifier

Dans les entrailles quasi-désertes du navire, l’eau gagne progressivement les étages, jusqu’au pont E qui se retrouve inondé. Le sauvetage de Jack est d’ailleurs rendu plus difficile mais il est réussit.

Remplissage canot n°14.png
La proue s’enfonce sous l’eau, et le bastingage avant se retrouve engloutit. Les canots sont progressivement mis à la mer, mais avec l’eau qui a envahi le gaillard avant, le sort du navire devient une évidence. La panique monte chez les passagers qui se bousculent sur le pont, où bien chez les familles qui refusent de se séparer, ou encore ceux qui emportent leurs bagages, rendant la tâche des officiers infiniment complexe, sous les fusées qui sont continuellement envoyée par l’officier Joseph Boxhall. Thomas Andrews parcours les corridors du navire et ouvre les portes de toutes les cabines pour faire sortir les passagers sur le pont, et leur demande de mettre leurs gilets de sauvetage. Il fait ensuite constater à Lightoller qu’il fait partir des canots remplis à moitié, et le convainc de faire monter plus de monde. Mais avec la cohue qui s’amplifie dangereusement,
Tous les canots partis.png
Lightoller sort son arme et menace les passagers. Harold Lowe est obligé de tirer des coups de feu en l’air quand son canot descend, pour dissuader ceux qui essayent de monter de force. Le canot n°13 amerrit mais il manque de peu de se faire écraser par le n°15, juste au-dessus.


Lutte pour la survie Modifier

De l’autre côté du navire, le canot C va être bientôt mis à la mer. Bruce Ismay, voyant qu’il n’y a personne d’autres dans les environs, prend place dans l’embarcation, que Murdoch fait descendre en pleine stupéfaction. Henry Wilde fait descendre un autre canot, dans lequel se trouve Rose, mais lorsqu’elle comprend qu’elle risque de ne plus jamais revoir Jack, elle remonte sur le paquebot par le pont A, et le retrouve dans le Grand Escalier. Enragé, Cal prend l’arme de Lovejoy et les poursuit dans la structure de l’escalier en leur tirant dessus, jusqu’au pont D où l’eau inonde à moitié. Cal remonte pour sa survie tandis que Jack et Rose traverse la salle à manger, rapidement engloutie. Ils se retrouvent dans les coursives où l’Atlantique prend inexorablement possession du navire, l’eau se rependant dans les couloirs, envahissant les corridors comme des rapides, détruisant portes, boiseries et toutes les magnifiques décorations, engloutissant couloir après couloir le vaisseau à coup de vagues et de torrents.Avec le désordre qui grandit et l’eau qui gagne l’avant du navire, Murdoch essaye de faire avancer plus vite encore les manœuvres et à réussit à faire descendre sur le pont des embarcations un radeau pliable, qu’il tente de mettre dans les bossoirs. Mais les passagers se pressent et se bousculent, obligeant le premier officier à les menacer avec son arme, il assure qu’il tirera sur le premier qui essaye de passer. Et en effet, il tire sur un homme qui force le passage puis sur Tommy Ryan, qui a été poussé par derrière. Ne supportant pas son acte et les regards assassins des témoins de la scène, Murdoch fait un salut puis se tire une balle dans la tête, son corps passe par-dessus bord et tombe à l’eau. Wilde prend la relève et rempli le canot, avec Cal qui s’est emparé d’une petite fille de troisième classe pour pouvoir passer.

Pris au piègeModifier

Orchestre sur le pont naufrage.png
Mais si certains tentent tout pour sauver leur vie, ce n’est pas le cas de tous. L’orchestre du Titanic reste jusqu’à la fin, jouant leur musique plus pour eux que pour les autres. Incapable de surmonter la situation, Smith cesse d’arpenter le pont comme un fantôme et se réfugie calmement dans la passerelle, s’enfermant dans la timonerie où il attend à côté du gouvernail.
Paserelle naufrage.png
Andrews est aperçu pour la dernière fois dans le salon-fumoir, immobile comme une statue devant le feu réconfortant de la cheminée, les yeux perdus dans le tableau Le Port de Plymouth. Isidor et Ida Straus ont choisis de rester pour ne pas être séparés après 40 ans de vie commune, et sont tendrement enlacés dans leur lit, l’amour étant plus fort que la mort. Certains troisièmes classes ayant compris qu’ils n’auront pas de place dans les canots retournent à leur cabines, comme une mère irlandaise qui endort ses deux enfants. Benjamin Guggenheim a revêtu sa tenue de soirée et attend la fin avec son valet Victor Giglio dans le Grand Escalier, où l’eau est arrivée au dernier palier.


Titanic en train de couler.png
Mais l’eau monte, et la passerelle est engloutie sous le niveau de la mer, les cabines de première classe sont coulées, et la partie avant se retrouve submergée, alors qu’un canot sur tribord reste coincé. Ceux qui sont dedans ne peuvent rien faire, mais les officiers et les marins s’efforcent de couper les cordes pour l’envoyer à l’eau, au milieu des gens affolés qui courent en tout sens. La situation devient incontrôlable et même perdue à l’avant, alors la direction générale que prennent les gens est celle de la poupe, alors que d’autres sautent purement et simplement par-dessus bord. A la proue, le Grand Escalier se fait envahir par l’eau qui monte jusqu’aux balustrades, et les vitres se brisent, permettant à l’eau sur le pont de rentrer. Les câbles de la première cheminée cèdent, alors elle n’est plus en équilibre, et elle tombe à l’eau en écrasant des dizaines de personnes sous elle. Sa vague fait tomber les occupants d’un canot B, comme Lightoller. Le dôme de verre du Grand Escalier implose sous la pression de l’eau qui ravage l’endroit en balayant passagers et décorations sans rien laisser, comme John Jacob Astor. Par l’escalier, l’océan a accès à tous les ponts du navire, l’eau passe donc dans les coursives encore intactes en arrachant tout, accélérant le naufrage.

Le « paquebot de rêves » disparaît Modifier

Le Titanic se fend en deux.png
Tandis que la proue s’enfonce, la poupe s’élève, et ses hélices sortent de l’eau. Elle monte tellement que tous cherchent à se rendre vers la poupe, mais l'inclinaison est telle que les passagers glissent le long du pont jusque dans l’eau. Dans la salle des machines, les employés ne parviennent plus à garder le courant électrique, et les lumières du Titanic s’éteignent à jamais. Le navire ne peut plus supporter la pression qu’exerce la poupe sortie de l’eau, alors il se fracture en deux, et la poupe retombe en écrasant des centaines de personnes en dessous d’elle, tandis que la proue coule et disparait. Mais les deux parties sont encore attachées par la quille rigide qui était très résistante, la poupe est donc entrainée et se redresse pour finir à la verticale. Elle s’enfonce mais la proue se détache et la poupe reste immobile.
Fin du naufrage.png
Les gens s’agrippent à tout ce qu’ils peuvent pour ne pas tomber, ce qui ne retient pas certains de chuter. Soudainement, la poupe reprend sa descente infernale et s’enfonce rapidement. Le gaillard est engloutit, puis le pavillon, dernier signe du RMS Titanic, disparait sous la surface de l’Atlantique.

Cette scène a d'ailleurs été revue par Cameron lui-même lors d'une simulation par ordinateur et une nouvelle version du naufrage a été développée (voir en bas de page).

Post-mortem Modifier

La proue dérive sous l’eau puis heurte le fond. La poupe, encore remplie d’air lorsqu’elle a coulé, implose quelques mètres sous le niveau de la mer lorsque la pression devient trop forte. Dès lors, des milliers d'objets sont éjectés du navire et se dispèrsent dans l'eau, la plupart coulants au fond, d'autre remontant à la surface (comme le décor en bois provenant du fumoir de Première classe sur lequel Rose est sauvée). Puis la poupe continue sa longue descente avant de toucher le fond de l'océan...

Près de 3800 mètres plus haut, des centaines de naufragés se débattent dans l’eau glaciale (environ -3°C). Wilde s’est agrippé à un morceau de bois et siffle pour appeler les canots.
1500 naufragés.png
Mais aucun ne revient. Dans le canot n°6, Molly Brown appelle à y retourner, mais le quartier-maître Robert Hichens, en charge de l’embarcation, s’y oppose catégoriquement en assurant qu’ils s’agglutineront autour d’eux et les feront chavirer. Sur la vingtaine de canot, seul un revient : Harold Lowe attachent trois canots et fait passer ses occupants dans les autres. Il repart vers les lieux du naufrage, mais en arrivant, il découvre une étendue de corps flottant avec leurs gilets de sauvetage. Ils s’y aventurent en appelant en vain, personne de répondant. Ils sauvent 6 personnes sur 1500, dont Rose DeWitt Bukater, qui a du abandonner le défunt Jack Dawson.

Toute la nuit, les canots restent dans le froid, attendant du secours. Le lendemain, ils sont secourus par le Carpathia, mais le bilan est catastrophique. Les familles ont été séparées, elles ont perdues des membres, et de nombreuses femmes se retrouvent veuves. L’équipage du navire tente de dresser la liste des survivants, ou bien annonce des décès. Ils arrivent à New York, mais des familles sont maintenant sans le sou.

Respect de la réalité Modifier

  • Des morts, comme celles de Smith, de Murdoch ou de Wilde ne sont pas connues avec certitude.
  • Isidor et Ida Straus attendent la fin dans leur cabine. Dans la réalité, ils sont restés allongés dans des transats, avant qu’une vague ne les emporte.
  • L'officier Pitman n'est pas montré.
  • Le film montre des troisièmes classes retenus par des grilles dans les coursives, chose qui n’a jamais été avéré, l’existence même de ces grilles n’est d’ailleurs pas prouvée.
  • Pour montrer le résultat vain des fusées de détresse, Cameron montre le Titanic, minuscule au milieu de la mer entièrement vide. Dans la réalité, un navire se serait trouvé dans les parages et aurait été vu depuis le paquebot en perdition.
  • En revanche, certains faits du film sont fidèles à la réalité, comme pour Thomas Andrews, pour Benjamin Guggenheim, Bruce Ismay, Molly Brown, ou bien encore pour Harold Lowe, ou comme la situation dans le canot n°6.
  • Selon une étude récente du naufrage reproduite par cameron via ordinateur, le Titanic se serait cassé en deux parties à seulement 40° d'inclinaison, et non 70° comme dans le film. Ensuite, l'arrière ne s'est pas dressé à la verticale avant de flotter quelques instants, elle a chavirée et a coulé directement...
  • Dans le tournage comme dans la réalité, la puissance de l'eau brisant le dôme de verre a fait éclater l'escalier en bois et l'a arraché à ses fondations, ce qui explique que lors de l'arrivée des secours des morceaux d'escalier flottaient à la surface et qu'il y ait un grand trou dans l'épave à la place de l'escalier...

Liens externesModifier


~ RMS Titanic ~
Catégories de personnes à bord Première classeDeuxième classeTroisième classeÉquipage du Titanic
Officiers Edward John SmithHenry WildeWilliam MurdochCharles LightollerHerbert PitmanJoseph BoxhallHarold LoweJames Moody
Installations Passerelle du TitanicGrand Escalier du TitanicGymnaseB52-B54-B56Salon-fumoir de première classeCafé vérandaSalle de réception de première classeSalle à manger de première classeSalon de première classeChaufferiesSalle des machinesCabines de première classeCabines de troisième classeEntrepontPont des embarcations
Autre Orchestre du TitanicCanots de sauvetage du TitanicNaufrage du TitanicWhite Star LineOffice religieux dominical

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard